©iStock

En se crispant de manière violente, involontaire et incontrôlée, vos muscles peuvent vous gâcher un effort. Il est temps d’apprendre à apprivoiser les crampes

Pour marcher, courir, monter les marches, sauter, s’asseoir, se lever, prendre un objet Nos muscles alternent, en permanence, détente et contraction. Qu’ils soient volontaires ou réflexes, tous nos mouvements sont commandés par notre cerveau. L’impulsion électrique est transmise aux muscles par l’intermédiaire des nerfs. La contraction musculaire dure juste le temps du mouvement souhaité, avant de recevoir un « signal de décontraction ». Or, la crampe est un spasme musculaire involontaire aussi brutal qu’éphémère. Elle n’a pas été provoquée par un ordre du cerveau.

Une sorte de « bug »… «Les fibres musculaires fonctionnent comme toutes les cellules avec des pompes à sodium (Na+), potassium (K+), magnésium (Mg+) et calcium (Ca2+). Toute perturbation des taux de sodium, potassium, calcium… dans le sang circulant entraîne des dérangements de circulation entre l’intérieure et l’extérieur d’une cellule, provoquant une contraction des ponts myosines dans la fibre musculaire et donc des douleurs », explique Christophe Delong, médecin du sport. La contraction persiste et provoque un durcissement du muscle, entraînant une douleur pouvant durer entre quelques secondes et plusieurs minutes.

Pourquoi se manifestent-elles pendant le sport ?

Pour bien fonctionner, les muscles ont besoin d’oxygène. Or, lors d’efforts prolongés, les muscles manquent au bout d’un certain temps d’oxygène (O2). Résultat, les glucides et les lipides ne seront pas consumés. L’acide lactique reste dans les mollets, les jambes… créant une acidose dans le sang et une irrigation douloureuse du muscle.

Buvez des eaux richement minéralisées

Dès que vous faites de l’exercice physique, le corps élimine beaucoup d’eau et donc de sels minéraux. Sans compter que toute perte hydrique, même minime, entraîne une diminution du volume d’eau dans le plasma sanguin, rendant le sang plus épais. La circulation devenant plus difficile, le taux d’oxygène et de nutriments alimentant les muscles s’en trouve amoindri et les capacités d’élimination des toxines diminuées. D’où l’importance de boire 1 litre par heure. Et de miser sur la St-Yorre pour une meilleure récupération.

Faites le plein de potassium et de magnésium

Ne pensez pas uniquement « banane ». Misez sur les fruits secs tels que les figues ou les abricots. Un peu de chocolat noir ne vous fera pas de mal!

Un bon échauffement les évite-t-il ?

Il permet de commencer une activité avec un sang plus riche en oxygène. Mieux oxygénés, les muscles seront moins sujets aux crampes.

N’attendez pas que la crampe passe toute seule

Étirez-vous. Pétrissez le muscle avec une pommade décontractante. Au pied, mettez du froid – marchez sur du carrelage. Au niveau du rachis et des membres, appliquez du chaud.

Clarisse Nénard