©D.R

Vous avez toujours eu envie de vous couvrir de peaux de bêtes pour déglinguer des dinosaures mécaniques en mode Cro Magnon ? Non ? Eh bien vous allez apprendre à aimer ça 

Bienvenue dans un monde post-apocalyptique où la nature a repris ses droits. Tous ses droits ? Non, pas vraiment, puisque le monde est désormais largement dominé par des animaux robotiques. Pendant que girafes mécanisées et autres stégosaures de métal patrouillent sur les plaines fertiles et les forêts luxuriantes, l’humanité, elle, est retournée à l’âge de pierre. Pour survivre, une seule solution :chasser les colosses d’acier pour en récupérer les composants.

SYSTEM OF A DAWN

Dans Horizon : Zero Dawn, vous incarnez Aloy, une chasseuse rouquine appartenant à l’une de ces tribus survivantes. Son job est justement d’assurer l’approvisionnement en pièces de rechange récupérées sur le dos de telle ou telle bestiole mécanique. Facile lorsqu’il s’agit d’herbivores paisibles, beaucoup moins lorsqu’on commence à se frotter à des créatures qui ressemblent furieusement à des t-rex… Dans le gameplay et la philosophie de jeu, Horizon :Zero Dawn est clairement influencé par The Witcher III, le carton incontesté de 2016 dans la catégorie Aventure. Le look d’Aloy, en mode peaux de bête et longue crinière, renforce cette impression. Idem pour les déplacements, puisque notre héroïne peut mettre à profit une monture qui rapplique au doigt et à l’œil pour rallier plus rapidement tel ou tel point d’intérêt.

TOUR D’HORIZON

Autre point commun partagé entre Aloy et Geralt de Rivia, ni l’un ni l’autre n’en sortent grandis lorsqu’ils font le choix de foncer dans le tas sans réfléchir. Votre espérance de vie sera décuplée si vous utilisez à bon escient votre scanner pour déterminer les points faibles de vos ennemis, et si vous gardez vos distances, en privilégiant une approche d’infiltration plutôt qu’un mode opératoire façon Rambo. Outre les points forts et les points faibles, chaque créature est dotée d’une « personnalité » différente, certaines étant plus agressives tandis que d’autres sont davantage craintives. Mieux : vos ennemis n’hésiteront pas à employer des stratégies collectives pour mieux vous mettre en déroute.

DE ZERO À 100 EN 3 SECONDES

Mais ce qui frappe avant toutes choses, avant même le système de jeu, c’est la puissance graphique de Horizon : Zero Dawn. Rien, de la palette de couleurs à la finesse des textures en passant par la fluidité des animations, n’est laissé au hasard. La cohérence de l’univers est elle-même bluffante : il suffit pour s’en rendre compte de ralentir le rythme et de se poser quelques minutes à l’orée d’un bois pour observer l’écosystème du jeu s’animer de lui-même. Tour de force ultime : ces performances graphiques ne se font pas au détriment de l’affichage, parvenant à préserver les ressources de la PS4 – même si l’affichage sur PS4 Pro reste un cran au-dessus. Du grand art.

LE VERDICT

Au fond, Horizon : Zero Dawn n’a qu’un seul vrai défaut : celui de sortir exclusivement sur PlayStation 4. Tant pis pour les détenteurs de Xbox One !

Éditeur : Sony

Machines : PS4 uniquement

Prix : 59,99 euros