Le sexe oral, c’est bien. Mais si certains pays privilégient le plaisir de l’homme, d’autres font tout pour faire grimper la femme au rideau. Alors, où aller pour le meilleur de l’un… et de l’autre ?

1. Là où elles sont gâtées : Italie
Pour les Italiens, le cunnilingus est au sexe ce que les pâtes sont à la gastronomie, une mise en bouche avant le plat principal, mais aussi et surtout une question de fierté nationale. «Ils le font principalement pour booster leur ego», confie Gaia Polloni, sexologue à Milan. Et il y aurait de quoi… Beaucoup de femmes italiennes déclarent ne pas être entièrement satisfaites de la technique de leur partenaire. En effet, selon un sondage réalisé par la marque Durex, 86 % des hommes italiens atteignent l’orgasme lors d’un rapport, contre 48 % des femmes seulement. Ne vous y trompez pas : faites, mais faites bien !
«Les femmes me disent souvent que les hommes n’utilisent pas leurs doigts et se contentent d’utiliser la langue, signale Gaia Polloni. Or les femmes aiment être stimulées à la fois par voie vaginale et clitoridienne.» Autre sujet qui fâche : les hommes ont souvent du mal à décrypter le langage corporel de leur partenaire ou y prêtent peu attention.
«Soyez à l’écoute de sa respiration et de ses mouvements. À mesure que l’excitation monte, elle aura tendance à accentuer les mouvements du pelvis, ajoute-t-elle. Si elle accélère, accélérez aussi ; si elle va plus doucement, ralentissez la cadence. »

2. Là où ils sont gâtés : Brésil
Beaucoup de femmes, notamment outre-Atlantique, voient la fellation comme une obligation, quelque chose qu’elles font «pour vous faire plaisir…» Pas très bandant. Les Brésiliennes en revanche investissent pleinement ce moment qui devient source de plaisir pour elles autant que pour vous. «C’est en donnant du plaisir à leur partenaire qu’elles en prennent», précise Carmita Abdo. Exciter son partenaire peut en effet procurer un sentiment de toute- puissance extrêmement jouissif.
Ce n’est donc pas pur hasard, si, toujours d’après le même sondage, c’est au Brésil que l’on prend le plus son pied…
Alors, qu’est-ce qui bloque ?
«La méfiance des femmes à l’égard de la fellation est une question centrale qui revient souvent», déclare Brandy Engler. Selon la thérapeute, si certaines femmes rechignent encore, c’est qu’à leurs yeux, cette pratique reste dégradante ; elle est considérée au mieux comme un devoir, au pire comme un acte de soumission. Pour inverser le ressenti, n’ayez pas peur de mettre des mots sur des actes. Dites-lui très clairement que vous voyez la fellation comme un geste d’amour. Allez même plus loin en déclarant que, loin d’être soumise, c’est elle qui vous dominera puisque vous vous retrouverez entièrement à sa merci.
En prenant en compte les réticences de votre partenaire, il vous sera plus facile de faire tomber ses barrières.

——————

Et n’oubliez pas :
– Conseils pour la salle
– C’est grave, docteur ?
– Fabriquez votre propre dentifrice